ces cris sont les miens (these shouts are mine)

J’ai crié dehors mais personne ne m’a écouté.

Personne ne m’a écouté mais tout le monde était là

En me passant, devant moi, à mes côtes,

—Même aussi derrière—

Or ses yeux sont posés partout sauf vers moi,

Et selon les signes il y en avait presque cent mille,

Cent mille têtes,

Deux cent mille oreilles,

Et deux cent mille yeux aussi,

Mais personne ni a vu ni a entendu mes cris,

Les cris qui les appelaient toujours

 

 

 

 

 

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s